Un grand scandale pour le secteur bancaire marocain. Après celui du Crédit du Maroc (CDM), concernant les primes d’ancienneté, c’est au tour maintenant de deux nouvelles banques largement connues sur le marché marocain, il s’agit, en fait, de la banque numéro 1 du Maroc, le Groupe Attijariwafa Bank, et également le Groupe BMCE Bank of Africa.

Pour le calcul des primes d’ancienneté, les banques marocaines sont tenues de suivre le barème du Code du travail. D’une autre part, on trouve que BMCE BoA, Attijariwafa Bank aussi bien Crédit du Maroc utilisent celui de la convention collective du secteur bancaire, datant de 1956 et qui n’a pas été actualisée. Notons que cette dernière reste moins avantageuse pour les salariés puisque les écarts sont conséquents de 2% entre trois et cinq ans d’ancienneté, au-delà de 26 ans ils montent à 18,5%.

Pour l’affaire du lanceur d’alerte Reda El Ouadi, un ancien salarié de Crédit du Maroc, le jugement de la Cour d’appel s’est tenu a recalculer sa prime suivant le barème du Code du travail de 2004. Désormais, des trentaines de dossiers d’anciens salariés et retraités du Crédit du Maroc sont déposés devant la justice alors que plusieurs autres sont en cours de dépôt.

 

05 Janvier 2018 par Hajar Najih

 

A lire aussi: