Le dernier rapport publié par Bank Al-Maghrib a indiqué une baisse de 3,8% des réserves internationales du Maroc, en enregistrant une somme de 238,2 milliards de dirhams au 24 novembre 2017.

Rappelons ainsi que la banque centrale a injecté une somme de 42,2 milliards de dirhams, duquel 39 milliards de dirhams ont été fourni sous forme d’avances à 7 jours sur appel d’offres et 3,2 milliards de dirhams réservé au soutien et encouragement des TPME. D’une autre part, le taux moyen équilibré du secteur interbancaire s’est installé à 2,26% avec un volume des échanges qui a pu atteindre les 3,8 milliards de dirhams contre 3,3 milliards de dirhams auparavant.

En revanche, Bank Al-Maghrib a infiltré un totale de 40 milliards de dirhams comme avances à 7 jours sur l’appel d’offres du 29 novembre de l’année courante. En ce qui concerne le marché boursier, le MASI a affiché une hausse de 0,8% avec une performance estimable à 8,7% depuis le début de l’année courante. Par ailleurs, cette augmentation s’explique principalement par l’amélioration qu’a vu les indices des secteurs “bancaire” et qui ont pu atteindre les 2,3% ainsi que ceux des “bâtiments et des matériaux de construction” avec un pourcentage de 0,2%. Par contre, le secteur “immobilier” est en diminution de 0,8%.

Le volume global des échanges est en recul, ce dernier a passé de 1,2 milliards de dirhams à 800,8 millions de dirhams en une semaine. Il a été réalisé également à hauteur de 75% sur le marché central actions. De même, la masse monétaire M3 a maintenu son taux de progression à 5,4% au regard du mois de septembre tandis que les comptes à terme sont en chute, en passant de 10,8% à 8,4% seulement. En outre, les possessions des agents économiques en titres d’OPCVM monétaires sont en progression de 7,2%.

Une hausse 9,4% a été affiché pour les dépôts des banques et la circulation fiduciaire s’enrichie de 6,5%. Notons également que le dirham marocain a diminué de 0,28% face à l’euro alors qu’il a augmenté de 0,45% pour le dollar américain.

 

04 décembre 2017 par Hajar Najih

 

A lire aussi: